samedi 15 mars 2008

Superfille-Ciel Figaro


Quelle ne fut pas ma surprise hier soir quand, voulant poster un nouvel article sur ce blog, je m'en voyais priver l'accès. Je n'ai pas réagi d'abord, pensant que c'était une erreur du serveur. C'est quand j'ai réessaye quelques heures plus tard que j'ai commence a avoir la puce a l'oreille.
J'avais certes entendu il y a quelques jours, un matin dans le trafic, un débat sur Dubaï Eye (103.2FM) au sujet des blogs, disant que le gouvernement pensait a les censurer. Je ne l'avais pas pris au sérieux d'abord, me rappelant les rumeurs sur l'interdiction de Facebook surgies il y a quelques mois et bien vite démenties. De plus, je connais quelques amis gais comme des pinsons qui rencontrent d'autres pinsons sur internet régulièrement, donc ils ne pouvaient pas interdire les blogs. Pourquoi les blogs? Parce qu'on peut y répandre des idees politiques, y parler de s... et de toutes choses interdites par la Shariah (la loi coranique).
Et puis mon blog... innocent petit blog ou je partage mes humeurs avec mes proches et moins proches, tous plus ou moins loin.
Pourvu que je ne parle ni de l'autorité, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni de l'opéra, ni des autres spectacles, je puis tout publier librement, sous la direction, néanmoins, de deux ou trois censeurs.
Diantre. Je ne peux donc plus publier d'articles...
Mais ce n'est pas une censure aussi débile qu'imméritée qui va m'abattre, et qu'a cela ne tienne, c'est ma petite soeur qui postera désormais les articles que j'écrirai, sur mon blog auquel je ne pourrai plus accéder. Je me vois déjà en espèce de Figaro moderne, ou Olympes de Gouges...
C'est la révolution en marche contre l'oppresseur, et qui marche vers la liberté en stilettos prada!
En avant!


2 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est vraiment scandaleux de la part du gouvernement de bloquer ou censurer les blogs . Je suis sitriste que tu ne puisses plus suivre le blog du bébé.

une petite soeur en colère

mzelle-fraise a dit…

C'est scandaleux et honteux. Mais la résistance se met en place!